Au Revoir Tonton Jacob đŸ•Š

Hello comment vas-tu? Moi ça va bof. J’accuse encore le coup aprĂšs l’annonce du dĂ©cĂšs de Jacob Desvarieux. Je n’aurais jamais cru que le dĂ©cĂšs d’une artiste puisse me toucher autant. Jacob Desvarieux est un membre co-fondateur du groupe antillais Kassav’.

Jacob Desvarieux est nĂ© Ă  Paris en 1955. Sa mĂšre voyageait rĂ©guliĂšrement et c’est pour cette raison qu’il a grandit entre la Guadeloupe, la Martinique et le SĂ©nĂ©gal. C’est elle qui lui offre sa premiĂšre guitare. DĂšs l’Ăąge de 16 ans il devient arrangeur. Puis, il rejoint des groupes de Rock. En 1979, il croise la route de Pierre-Édouard DĂ©cimus. Ensemble, ils crĂ©ent le groupe Kassav’. Leur ambition est de crĂ©er un nouveau genre musicale mettant en avant le patrimoine musical antillais et de le promouvoir internationalement. C’est ainsi que nĂ© le Zouk, un mĂ©lange de compas, de gwoka, de bĂšlĂš, de mazurka, de buigine, de kadans, de calypso, de cadence-lypso et de percussion du carnal. Ils n’ont eu de cesse de renouveler le genre en insĂ©rant d’autres musiques afro-caraĂŻbĂ©ennes et latines comme la sala, le reggae ou encore le merengue. Un zouk est une soirĂ©e ou une aprĂšs-midi. Dans un interview qu’il donne Ă  Kaysha sur sa chaĂźne Youtube, il explique qu’ en fait Kassav’ jouait dans les zouks. Un moment donnĂ© la musique qui cartonne dans ces soirĂ©es Ă©tait soit des sons du groupe, soit des solos de musiciens du groupe ou des orchestres qui copiaient leur son. Au fur et Ă  mesure du temps, la musique s’est dĂ©nommĂ©e Zouk. Il explique que le son est nĂ© lorsqu’il s’est retrouvĂ© au studio avec Jean-Claude Naimro, George Decimus au dĂ©but des annĂ©es 80s.

Jacob Desvarieux Ă©tait chanteur, compositeur, guitariste, arrangeur. C’est un musicien hors pair. Son timbre de voix Ă©tait/ est unique. Impossible de la confondre avec celle de quelqu’un d’autre. Il a multipliĂ© les collaborations. Il est connu pour sa rigueur, sa passion et sa simplicitĂ©. J’admirais aussi le fait qu’il n’a jamais rejettĂ© son africanitĂ© et cela depuis toujours. Il a grandi en partie au SĂ©nĂ©gal. Il a appris Ă  jouer de la guitare lĂ -bas. Kassav’ a toujours fait le lien entre l’Afrique et les antilles sans honte ni crainte. En 1988, Miles Davis lui-mĂȘme vantait les qualitĂ©s du musicien de mĂȘme pour Stevie Wonder et Youssou N’dour. Plusieurs gĂ©nĂ©rations d’artistes sont aussi reconnaissants de son apport dans la musique antillaise: Admiral T, Kaysha, Nesly, etc.

Jusqu’au dĂ©but des annĂ©es 90, le groupe est une formation oĂč les musiciens viennent et repartent. C’est en 1995 que leur maison de disque qui aurait imposĂ© des membres permanents. Les seules membres que je connais en fait: Jacob Desvarieux, Jocelyne BĂ©roard, Patrick Saint-Eloi, George Decimus, Jean-Claude Naimro, Jean-Philippe MarthĂ©ly. Le succĂ©s de ce groupe est incroyable bien que souvent ignorĂ© par les mĂ©dias hexagonaux.

En 2019, le groupe cĂ©lĂšbrait ses 40 ans. Ils ont jouĂ© sur tous les continents. Ils ont oeuvrĂ© pour recrĂ©er des liens entre l’Afrique et les antilles. Le conseil de Jacob Desvarieux Ă  tous les antillais: « Aller en Afrique pour dĂ©couvrir le continent ». Kassav’ est le premier groupe Ă  remplir le stade de France (Pas Indochine, dĂ©solĂ© les gars). Ils sont le premier groupe d’artistes noirs Ă  jouer en URSS. Ils devaient jouer qu’une date. Ils ont fini par en faire trois dates! 16 albums, 150 morceaux et plus de 2000 concerts sur cinq continents. (sources instagram « ImaKaribbean »). Si on compte les albums solos, il y a en a une cinquantaine et 600 chansons sont enregistrĂ©es Ă  la SACEM.

Mon tout premier concert est sans aucun doute un concert de Kassav’. J’avais cinq ans. C’est devenu une tradition familiale. Nous y allions quasiment tous les ans. Un concert de Kassav’ c’est une cĂ©lĂ©bration, de la bonne musique live, un moment de fiertĂ© pour les antillais. Kassav’ c’est un pilier de ma culture antillaise. Je ne saurais dire combien de concerts de Kassav’ j’ai vu… Une vingtaine probablement et je n’ai jamais Ă©tĂ© déçue. Il y avait dans le public plusieurs gĂ©nĂ©rations: le petit-enfant, le parent, le grand-parent… tous rassemblĂ©s pour danser, chanter, se dĂ©fouler. La derniĂšre fois que j’ai vu le groupe c’Ă©tait Ă  Londres oĂč ils jouent tous les ans. La salle Ă©tait plus petite donc j’ai pu me placer devant dans la foule. C’est un super souvenir! J’ai sans doute plus vu Jacob Desvarieux dans ma vie que beaucoup de membres de ma famille. C’est un triste constat peut ĂȘtre mais c’est sans doute pour ça que j’ai du mal Ă  me remettre de son dĂ©cĂšs. C’est comme ci un oncle Ă©tait mort. Jacob est le second membre du groupe qui dĂ©cĂšde. Patrick Saint-Eloi est mort en 2010 aprĂšs des annĂ©es de lutte contre le cancer. Jocelyne BĂ©roard a rĂ©cemment expliquĂ© que la formation ne pourra plus fonctionnĂ© comme avant. Je pense que c’est la fin des concerts de Kassav’ tels que je les ai connu. Personnellement, je trouve difficile d’aller Ă  un concert de Kassav’ sans entendre un « An nou ay » de Jacob Desvarieux.

J’ai appris la nouvelle lors d’un diner d’anniversaire. Parmi les six invitĂ©s, il y avait cinq antillais. L’ambiance est redescendu d’un coup. Je suis passĂ©e par quelques Ă©tapes du deuil. Le dĂ©nie quand l’information a fuitĂ© qu’il Ă©tait dans le coma en Ă©tant positif au Covid. J’Ă©tais persuadĂ©e qu’il allait s’en sortir alors que bon jusqu’Ă  coma + Covid c’est vraiment pas bon signe. La colĂšre quand les antivax ont commencĂ© Ă  utiliser sa mort comme preuve qu’il faut pas se vacciner. Jacob Desvarieux a reçu trois doses du vaccin. Malheureusement, ça n’a pas suffit pour lui. Il avait un diabĂšte et avait reçu une greffe de rein. Son histoire est devenu la preuve que le vaccin marche pas ou pire qu’il tue… Christine Kelly explique ceci: « Sur le cas du triste dĂ©cĂšs de notre ami Jacob Desvarieux et ses trois vaccins. Quand on est greffĂ©, transplantĂ© on prend Ă  vie un traitement immunosuppresseur qui empĂȘche le systĂšme immunitaire de rĂ©agir et dĂ©truit le vaccin. On fait 3 ou 4 vaccins en espĂ©rant…« . AprĂšs Manu Dibango, DMX, on doit dire au revoir Ă  une autre lĂ©gende de la musique Ă  cause de ce fichu virus. Le seum. Je commence la phase d’acceptation. Je n’arrive pas Ă  Ă©couter sa musique sans avoir la gorge serrĂ©e.

Aujourd’hui ce qui me donne du rĂ©confort c’est qu’il est mort dans la gloire. Kassav’ remplissait encore des stades pour cĂ©lĂ©brer les 40 ans du groupe. Il a reçu la legion d’honneur française. Il est chevalier de l’ordre des Arts et des Lettres en France et de l’ordre du MĂ©rite au SĂ©nĂ©gal. Son ambition de dĂ©part est rĂ©alisĂ©e. Il a rĂ©ussi Ă  faire ce que tant d’artistes français n’arrivent ou n’ont jamais rĂ©ussi Ă  faire: avoir un succĂšs international. Je jette un pavĂ© dans la mare mais Aya Nakamura, Dadju, Wizkid etc. ils chantent du Zouk. Le carton d’Aya Nakamura est sans commune mesure. Le Zouk s’est exportĂ© auprĂšs des jeunes gĂ©nĂ©rations.

La cĂ©rĂ©monie religieuse de l’enterrement de Jacob Desvarieux est disponible sur Facebook et Youtube ici .

Rest in Power Jacob

Publié par

contact@beingmissflo.com

Allez viens, on parle :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.