Voyage en solo | 4 jours à Lisbonne 1/2

Je surfais sur le site de sky scanner à la recherche de tout et de rien quand je suis tombée sur un super plan: 70 livres sterling pour des billets aller retour pour Lisbonne. Le Portugal est devenu une destination très à la mode. Je pense que 80% des personnes de mon entourage y ait allé. Ouai, j’exagère à peine. Tous ne m’ont dit que du bien de leurs séjours. Alors j’étais tenté par Lisbonne depuis quelque temps. Je suis partie du 4 au 7 juin.

Lisbonne, l’auberge. J’ai une résa sur le site Booking.com pour 3 nuits à l’auberge de jeunesse Be Lisbon. L’auberge se trouve au nord du centre ville. Il ne s’agit pas d’un quartier touristique ni animé. J’ai dormi dans un dortoir à 8 lits. La chambre était assez lumineuse. Les sanitaires étaient propres. Le petit déjeuner était compris. Il incluait en libre service des céréales, du jambon, du fromage, différents pains, du thé, du chocolat chaud et du café. J’ai apprécié la disponibilité du staff et le calme qui règnait dans l’auberge.

Lisbonne, histoire.  Je vous replace un petit peu le contexte. Je pense que faire un petit wiki est toujours intéressant dans la mesure où il permet d’expliquer un peu le culture, l’architecture de la ville. Le Portugal est un pays fondé par des explorateurs et des navigateurs. Lisbonne a longtemps été l’une des principales villes portuaires de l’Europe. Le capitale se trouve au bord de la rivière Tage ayant une ouverture vers la mer. Le Portugal a longtemps été important dans le commerce triangulaire ( esclaves, épices, matières premières). Le pays devient un veritable empire avec des colonies en Asie, en Afrique et en Amérique. Le tremblement de terre 1755 a fait énormément de pertes en vie humaines et de dégâts dans le ville. Oui parce qu’il n’y a pas eu qu’un tremblement de terre, la ville a été presque rayé de la carte avec le tsunamis et les incendies qui ont suivis. Il a mis fin aux ambitions coloniales. Affaiblis le Portugal a subit plusieurs invasions européennes et maures. De 1926 à 1974, le Portugal était dirigé par une dictature. A la fin des années 70, un processus de décolonisation est déclenché. A la fin des années 80, le Portugal rejoint l’Union européenne. Le pays reçoit des subventions qui vont notamment être utiliséed pour réhabilité le quartier d’Alfama.

Lisbonne, les quartiers. Je n’ai pas eu le temps de faire tous les quartiers de Lisbonne d’une part parce qu’on est toujours limité le temps d’un week end mais aussi parce que j’ai passé des demis journée hors du centre. Mes quartiers préférés ont été celui de l’Alfama et du Barrio Alto et le Parque das Nacoes. J’ai adoré me perdre dans les rues étroites du quartier historiqie de l’Alfama. Les rues étaient décorées à l’occasion de la San Antonio, le saint patron de la ville. Durant les célébrations, tout le voisinage se pare de guirlandes en papier coloré. Les habitants improvisent des stands de sardines grillées. Le quartier est ancien mais a gardé une partie de son authenticité. On a du mal à croire qu’il a été en partie rasé lors du tremblement de terre. Les faïences se juxtaposent avec le street art sur les murs. Le quartier du Barrio Alto est selon moi un peu plus trendy et jeune. J’ai été un peu moi charmé par le quartier de Baixa. Tu y retrouves beaucoup de magasins mais je n’étais pas venu pour faire les boutiques.  Je suis aussi passée par le quartier populaire de la Mouraria. J’aurais aimé faire une vraie visite guidée du lieu de naissance du Fado. Je n’ai pas osé m’aventurer dans le quartier…. En y allant, je me suis fait la réflexion que j’étais dans la version originale des favelas brésiliennes.

Lisbonne, les paysages. La capitale est tout en montée… les mollets chauffent par moment mais l’avantage est qu’il y a toujours une belle récompense en haut de la pente. La ville est parsemée de points de vue, les ‘miradouro’. Ce sont des terrasses aménagées dans les hauteurs de Lisbonne. En me perdant dans Alfama, je suis tombée sur le Miradouro da Graça. Il est juste à côté de l’Eglise du même nom. Il donne une vue imprenable sur le quartier et le Tage. Tu peux te poser sur la terrasse du  Bock pour boire un verre. Le miradouro das Portas do Sol est un peu plus fréquenté par les touristes mais il offre une super vue sur le port. Le miradouro de Santa Catarina est situé dans le barrio alto. Il surplombe le quartier et donne une belle vue sur le Tage et le pont 25 de Abril. Ce dernier rappelle le Golden gate de San Francisco. La capitale est aussi connue pour ses élévateurs, los elevadores. Ce sont des ascenseurs qui montent à des centaines de mètres de hauteur. La montée est payante mais elle offre une vue imprenable. Ne manque pas l’occasion d’en tester un si tu en croises un sur ton chemin. J’ai adoré l’expérience. Je me suis retrouvée dans une queue pour l’elevador Santa Justa un peu par hasard. J’ai vu du monde faire la queue pour y aller. Je me suis dit que l’attraction devait être sympa. La montée coûte 5 euros, comptes 1,50 euro de plus pour monter sur le toit de l’ascenseur. J’ai fait la montée de nuit. C’était top! Par contre, c’est assez venteux. L’ascenseur date des années 30. Il est quasi inchangé depuis l’époque. L’expérience est unique.

Lisbonne, enfin non Sintra. Sintra est une ville située à l’ouest de Lisbonne. Elle se trouve à 45 min en train. La serra de Sintra est classée dans le patrimoine mondial par l’Unesco. J’ai compris pourquoi en arrivant sur place. C’est une ville musée avec presqu’autant de châteaux que d’habitants! Ahah!  Je ne souhaitais pas y passer une journée mais une longue matinée alors j’ai préféré prendre un bus Hop Off. Il y a plusieurs lignes. Attention,  elles sont vites prises d’assaut. J’ai choisis de prendre la ligne 435. Il y a plus de stops, moins de queue pour y accèder et c’est moins cher (2, 50 euros contre 5,50 euros pour la ligne 434). De toute façon, je voulais absolument voir le Palais Montserrate qui se trouve sur cette ligne. J’ai lu de bonnes revues sur ce lieu. Il a connu plusieurs vies. Les pièces les plus anciennes datent du 16e. Il s’agissait à la base d’une chapelle reliée à un hôpital. Après le tremblement de terre, la propriété est reconstruit et devient une residence secondaire pour Sir Francis Cook. C’est aujourd’hui, un monument public. L’entrée pour le parc et le château coûte 8 euros.  La visite du château inclut celle d’un jardin botanique. Je n’atttendais pas à pouvoir me balader dans un si grand parc avec un telle variété de plantes et de fleurs. Le jardin se divise en différentes sections. Il y a notamment une partie Mexique, l’Afrique du sud et une roseraie.  Pour les martiniquais, ce parc m’a beaucoup rappelé  le jardin de Balata, un de mes endroits préférés!  La batisse ressemble au palais des milles et une nuit… enfin l’idée que je m’en fais. L’endroit est incroyable. Je te laisse avec des images de Sintra. Je te retrouve vite pour la suite de mes aventures lisboates!

Allez viens, on parle :-)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s